TÉMOIGNAGE DE MR THIERRY DE GASPERIS,
DIRIGEANT

" Les équipes KERLOG connaissent très bien le métier “

RHÔNE ENVIRONNEMENT

Créée en 1999, la société familiale Rhône Environnement fait aujourd’hui partie des acteurs majeurs dans le secteur des déchets du BTP dans le département du Rhône. Situé dans la commune de Saint-Genis-Laval, le site regroupe un centre de tri des déchets du BTP, une déchèterie professionnelle et une plate-forme de broyage – concassage de déchets verts. Depuis 2008, la société propose aussi un service de négoce de matériaux.

MISE EN OEUVRE

“ Ce qui nous intéressait c'était de réduire le nombre d'outils pour travailler.
C'est ce qu'on a trouvé avec le système EcoREC “

En 2009, « on avait beaucoup de documents papier, beaucoup de doublons, et on utilisait 4 logiciels différents. » La société était alors en pleine évolution et on cherchait un logiciel métier « pour se simplifier le travail », explique Mr de Gaspéris. « Et en parallèle on était en train d’entamer une revue de procédures, en vue d’obtenir la certification ISO 9001, qu’on a eue. Pour nous c’était indispensable de mener ces deux projets en parallèle puisque, si on devait travailler sur nos procédures internes, il fallait à tout prix qu’on le fasse en même temps que l’installation du logiciel », insiste le dirigeant de l’entreprise.

“ Ce qui nous intéressé, c'était la simplicité d'utilisation “

« Une autre chose qui m’avait beaucoup séduit à l’époque, c’est le système de modules. Je trouve que c’est très intéressant parce qu’on progresse tous les 18 ou 24 mois, au fur et à mesure de l’évolution de l’entreprise, en accédant à des modules complémentaires, qui ne sont pas forcément utiles dès l’entrée », ajoute Thierry de Gaspéris.

« Au départ on a pris trois produits : EcoBennes, pour tout ce qui est mouvements et planification des bennes. EcoFACT pour l’aspect administratif, pour gérer tous nos bons, nos factures de vente, nos bons d’achat pour la ferraille, pour alimenter la compta en direct, et puis gérer nos paiements. Et EcoDéchets car on réceptionne les déchets de nos clients, puisqu’on a une partie déchèterie professionnelle.
Ce qui nous avait intéressé aussi dans EcoREC, c’est qu’on avait une activité complémentaire qui était le négoce de matériaux. Et comme ce ne sont pas des déchets, il fallait qu’on trouve un outil qui était capable de nous dépanner sur cette activité-là. EcoREC nous permet de faire ça.
Donc dans le module EcoDéchets, on peut faire nos entrées de déchets, nos sorties de matières ou de déchets, et nos sorties de matériaux de carrière », précise le dirigeant de Rhône Environnement.

« Après on est passé à EcoPOL pour la gestion de la caisse, et puis EcoAchat. Dernièrement, et c’est un des modules les plus utilisés, on a EcoGRC. On avait besoin de trouver une uniformisation des devis. On avait un gros problème sur le suivi de nos clients : à force d’avoir des outils séparés, à l’exploitation on ne savait pas si les clients étaient à jour de leurs règlements. Alors que maintenant, avec EcoREC, on a une visibilité directe. Ça permet à tout le monde de gagner du temps », résume Mr de Gaspéris.

L'IMPORTANCE DU REPORTING

Les entreprises du BTP « génèrent beaucoup de déchets différents » et doivent tenir un registre de déchets depuis 2012. Grâce à EcoREC, « on est capable de leur donner l’information. Les clients en sont assez friands, ça leur évite de tenir leur
compte tous les jours sur les déchets. Ça nous a permis de toucher certains types de chantiers et certains types de clients du BTP », insiste Thierry de Gaspéris

“ Ce qui nous a séduit, c'était le suivi pour la mise en place du dispositif “

« Je pense que les équipes de KERLOG connaissent très bien le métier, connaissent bien leurs clients. Quand on appelle, les gens savent ce qu’on fait comme métier », reconnaît le dirigeant. « On utilise beaucoup la formation annuelle. Tous les ans, on demande à quelqu’un de venir chez nous pendant 1 ou 2 jours, on reprend les modules, on regarde comment on fait pour essayer d’évoluer et de s’améliorer parce que nos clients et nos typologies de clients de l’année n-1 ne sont pas forcément ceux de l’année n, donc on se retrouve avec des problématiques différentes. » Mr de Gaspéris ajoute :« Les équipes de KERLOG sont force de conseils et de propositions, et je pense qu’ils sont aussi assez habiles sur la veille réglementaire. »

UN BILAN TRÈS ENCOURAGEANT

« En 2009, on était en-dessous d’1 M€ de chiffre d’affaires. Maintenant on en est à 3 M€. Le chiffre d’affaires a été multiplié par trois, les effectifs aussi, mécaniquement. »,  explique le dirigeant de Rhône Environnement.
Pour la suite, Mr de Gaspéris envisage d’élargir la gamme des modules d’EcoREC pour son entreprise : « On réfléchit
sur tout ce qui est aspect géolocalisation et traçage des bennes. Et puis sur tout ce qui est tableau de bord. »

Fermer le menu